navigation

Les Mochos, des bolosses… 13 novembre 2017

Posté par pauvrenissart dans : Féminisme , ajouter un commentaire

Bien avant l’affaire Weinstein, quelques mots sur les moches-machos, les Mochos.

Le macho-pas-moche existe aussi, mais est plus rare et ça ne dureguère… Le macho-pas-moche soigne sa coiffure, ses pompes, SA voiture et se la joue James Dean en version racaille ou facho. Il est toujours avec ses potes à bavasser sur les meufs « toutes des salopes » qu’ils ont pécho à la sortie des boîtes. Ils se croient si beaux que les rares fois où ils pratiquent, ils s’imaginent dans un miroir et leur orgasme n’est qu’une masturbation de plus…

Le Mocho est bien plus répandu, il y a les ex machos-pas-moches (mais qui le sont rapidement devenus) qui se rajoutent aux Mochos-de-souche et de laideur, ça fait du monde ! Et j’ai bien peur que dans notre société « égalitaire et avancée », les Mochos soient encore majoritaires.

Je ne parle pas que des poivrots qui se plaignent de bobonne au bistrot ; mais aussi des sportifs qui mesurent leurs performances le week-end en oubliant d’honorer leur compagne ; ainsi que des encravatés qui parlent du cul de la nouvelle secrétaire lors de leurs repas d’affaires dégoulinants de graisse et de vin rouge ; il y a aussi les tordus, qui se croient mâle dominant avec leur compagne alors que dans la vie, ils sont humiliés par leurs patrons et leurs petits chefs ; n’oublions pas ces saucisses de canapé scotchés à la Ligue 1, au Top 14 et aux jeux vidéo ; ni les Harleyistes qui vrillent nos oreilles (sans aucune sanction de la police,) qui croient que leur gros bidon vautré sur le réservoir attire les « chiennes » (vous pouvez ajouter à la liste des motchos, qui est infinie…).

Pauvres Mochos, vous finirez seuls ou en bandes de cocus à continuer à déverser votre bile sur la gent féminine !

Terre des femmes

Posté par pauvrenissart dans : Économie écologie,Féminisme , ajouter un commentaire

Pollutions, surpopulation, hyperconsommation, disparition des espèces et des espaces sauvages. Ces drames contemporains pourraient n’être que de mauvais souvenirs pour une humanité enfin libérée.

Cela va vous paraître un gag, mais pour sauver la terre, il faut donner plus de droits à la mère : le droit à la polyandrie ! Certes, la polyandrie sexuelle, alliée à la monogamie sociale, est très présente dans nos sociétés de cocus, mais je parle ici de polyandrie sociale. Celle-ci est courante dans le règne animal : crapauds, insectes sociaux, mammifères tels que le chimpanzé, le  lynx roux, l’ours polaire, le lièvre et le phoque gris. Parmi l’espèce humaine, elle était pratiquée à Sparte, aux îles Canaries, en Amazonie chez le Zo’és, au Paraguay par les Indiens Gayakis. Jules César disait qu’elle était présente en Bretagne (sacrée Falbala !). Elle est encore fréquente au Tibet et en Inde.

Imaginons que la polyandrie soit légale et limitée à trois maris qui se consacrent à leur tâches essentielles d’amant, de travailleur, d’éducateur, de cuisinier, etc. Bien entendu, la femme aurait pleine disposition de son corps et n’enfanterait que lorsqu’elle le désire. La cellule familiale évoluerait au gré des naissances et des nouveaux maris = chute de la natalité.

Les mâles, libérés de leur imposition de séduire à tout prix, vont mettre au musée leurs grosses bagnoles, leurs Rolex et leurs boxers Calvin Klein ; ils seront moins cons et prétentieux, et infiniment moins polluants…

PS qui n’a rien à voir ou presque ; j’ai lu cette semaine qu’un Français émettait autant de CO2 que cent Maliens. Qu’en est-il d’un Américain ou d’un Monégasque ?

 

Laterredesgrandestours |
Lesblogueurs |
CapHerFrance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus