navigation

Irruption de talents ! 13 novembre 2017

Posté par pauvrenissart dans : Arts , ajouter un commentaire

Je vais jouer le briscard loin d’être vieux ; celui qui faisait découvrir en 1985 la vitalité de la Mano-Negra, des Garçons Bouchers et de Hot Pants ; celui qui a vu IAM en concert à la MJC de Carros le Neuf, en compagnie de 40 curieux lors de la sortie de leur premier album ; celui qui a dérivé techno Psy-Trance ou Hard-Core depuis 1995 et qui fut dans son adolescence (non obsolète) à la fois transcendenté par Pink-Floyd et les Beatles et éveillé par Gainsbourg et Brel.

Le hasard a fait que je fus aussi un des premiers acheteurs du premier album de Stromae. Puis du second… Stromae est désormais mondialement reconnu (comme Manu Ciao).

Autre hasard qui n’en est pas un (Stromae c’était France-Inter), j’ai écouté « Petit pays » (sur France-Culture) de Gaël Faye et je considère cet homme comme l’un des plus grands poètes de la langue française. Il n’a publié que 20 chansons à ce jour, toutes aussi envoutantes, intelligentes, sensibles ; teintées d’optimisme, de réalisme et de ferveur.

Je ne vais pas vous donner des liens ! Cherchez et écoutez, regardez ces clips qui vont vous remplir d’énergie, de révolte et de sourires.

Ne ratez pas Gaël Faye, il est dans la lignée des très grands ! Lisez son livre également, « Petit Pays », qui a reçu le Prix Goncourt des Lycéens. Ce n’est pas par hasard car c’est un roman qui mène un enfant du bonheur le plus pur à la tragédie que même Shakespeare n’aurait pu concevoir.

Un autre artiste dont je voudrais parler ce soir est Orelsan. Au delà de la polémique sénescente sur son clip « Sale pute » (que je vous invite à regarder avant d’engager tout débat moral), Orelsan a trois albums derrière-lui, et le dernier est forcément le plus accompli.

Orelsan est un exhibitionniste, il aime conter sa vie, ses émois, ses haines, ses frustrations, ses désillusions, ses plaisirs, ses désirs, ses morales, ses faiblesses. Nous cherchons les analogues dans la littérature depuis 20 mn, le seul auteur qu’il évoque est Henry Miller, mais ce dernier se mettait-il autant en question, en autodérision ?

Désolé pour les nostalgiques, le rock est mort avec Kurt Cobain. La « chanson française » est désormais du rap plus ou moins symphonique, tribal ou médiéval, plus ou moins hip-hop ou techno, le verbe y reste central !

L’irruption de Gaël Faye, de Stromae et d’Orelsan créent une immense bouffée d’oxygène. C’est en temps de crise qu’on rêve le plus…

 

Laterredesgrandestours |
Lesblogueurs |
CapHerFrance |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus